Forum des supporteurs des panthères du Gabon Index du Forum Forum des supporteurs des panthères du Gabon
Pour les fans du football gabonais.
 
FAQ Rechercher Membres Groupes
S’enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés Profil Connexion
 


Azingo National
 
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des supporteurs des panthères du Gabon Index du Forum >>> FOOTBALL >>> L'équipe nationale

Auteur Message
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Lun Juin 22 2015, 17:33    Sujet du message: Azingo National Répondre en citant

L'histoire du football gabonais 




 
     En 1897, Owandault BERRE introduit le football au Gabon. Le premier match organisé au Gabon a lieu le 27 novembre 1927 dans le quartier de Glass. 


Quand BERRE meurt le 4 août 1928 à 31 ans, le père LEFEVRE prit le relais pour propager le football au Gabon. Le succès fut au rendez-vous et rapidement le Gabon compta de bons éléments. Augustion CHANGO fut même appélé dans l'équipe de l'AEF à Brazzaville. De retour au Gabon, il s'investit dans l'organisation du football et crée la ligue et la fédération gabonaise de football en 1962.




     La première édition du championnat national de football se déroule en 1968 et depuis lors le football n'a cessé de se développer au Gabon.Pourtant ce n'est qu'en 1985 que l'équipe nationale "Azingo" remporte son premier trophée internationale à l'occasion de la coupe de l'UDEAC en battant en finale le Congo par 3-0 à Masuku. Trois ans plus tard, le Gabon triomphe à nouveau face au Cameroun à Yaoundé (2-1). 




La première participation à la CAN intervient en 1994. En 1996 le Gabon est encore présent et atteint les quatrs de finale qu'il perd aux tirs aux buts contre la Tunisie. Non qualifié pour la CAN 98, le National Azingo - rebaptisé en 2000 les Panthères - est du voyage au Ghana et au Nigéria. Hormis en 96, le Gabon a toujours été éliminé au 1er tour. Les Panthères ont râté la qualification pour les CAN 2002 au Mali et 2004 en Tunisie.








http://akebefoot.free.fr/pantheres/histoire_foot_gabon.htm
_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Lun Juin 22 2015, 17:33    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Lun Juin 22 2015, 17:38    Sujet du message: Azingo National Répondre en citant

Souvenirs d'‪#‎AzingoNational‬ Alors pour les plus anciens d'entre nous,"qui est qui" sur cette photo ? ‪#‎Gabon‬ ‪#‎Team241‬ 



_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Lun Juin 22 2015, 17:54    Sujet du message: Azingo National Répondre en citant

[CAN 1994/Nigeria 3-0 Gabon](26.03.1994) Le Match complet Azingo Nationalhttps://www.youtube.com/watch?v=KgMjgwIbbco
https://www.youtube.com/watch?v=KgMjgwIbbco
_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
Severino Lucas
Panthère d'argent


Hors ligne

Inscrit le: 22 Déc 2010
Messages: 2 426
Localisation: France
Masculin
Clubs préférés: Marseille, Milan

MessagePosté le: Mar Juin 23 2015, 08:38    Sujet du message: Azingo National Répondre en citant

Fan a écrit:
Souvenirs d'‪#‎AzingoNational‬ Alors pour les plus anciens d'entre nous,"qui est qui" sur cette photo ? ‪#‎Gabon‬ ‪#‎Team241‬ 





  Debouts, de la gauche vers la droite il me semble reconnaitre: Kassa Ngoma, les 2 autres je sais plus, ensuite Parfait Ndong (seul akandais de l'époque), G-R Nzamba, le suivant je ne sais plus et enfin le regretté  G. Mendome (le meileur gardien que notre selection aie jamais eu, selon moi).
  Accroupis, de gauche à droite: Aubame Yaya, les 4 autres là j'ai oublié, et Amegasse à l'extrème droite.


Revenir en haut
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Mar Juin 23 2015, 17:32    Sujet du message: Azingo National Répondre en citant

Severino Lucas a écrit:
Fan a écrit:
Souvenirs d'‪#‎AzingoNational‬ Alors pour les plus anciens d'entre nous,"qui est qui" sur cette photo ? ‪#‎Gabon‬ ‪#‎Team241‬ 







  Debouts, de la gauche vers la droite il me semble reconnaitre: Kassa Ngoma, les 2 autres je sais plus, ensuite Parfait Ndong (seul akandais de l'époque), G-R Nzamba, le suivant je ne sais plus et enfin le regretté  G. Mendome (le meileur gardien que notre selection aie jamais eu, selon moi).
  Accroupis, de gauche à droite: Aubame Yaya, les 4 autres là j'ai oublié, et Amegasse à l'extrème droite.




Je vais plagier les le responsable de la page panthère de bordeaux






Même pour moi c'est dure. Respect frère Severino Lucas ! Okay
_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
mikepower
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2010
Messages: 785

MessagePosté le: Mer Juin 24 2015, 02:13    Sujet du message: Azingo National Répondre en citant

Fan a écrit:
Souvenirs d'‪#‎AzingoNational‬ Alors pour les plus anciens d'entre nous,"qui est qui" sur cette photo ? ‪#‎Gabon‬ ‪#‎Team241‬ 








Fan a écrit:
Souvenirs d'‪#‎AzingoNational‬ Alors pour les plus anciens d'entre nous,"qui est qui" sur cette photo ? ‪#‎Gabon‬ ‪#‎Team241‬ 








Fan a écrit:
Souvenirs d'‪#‎AzingoNational‬ Alors pour les plus anciens d'entre nous,"qui est qui" sur cette photo ? ‪#‎Gabon‬ ‪#‎Team241‬ 






Il me semble que ce jour là, le onze national affrontait l'Egypte à la CAN 94. Une première CAN dont on retiendra juste le potentiel d'une génération jusqu'ici jamais égalé.
À l'époque notre équipe fanion était un groupe de joueurs qui se connaissait depuis des années et jeunes comme moins jeunes étaient très unis. 


Pour avoir croiser les crampons avec quelques uns quelques années plutôt sur les nombreux terrains de foot de Pog dont le fameux "stade blanc", je reconnais ;



Debout de g à d:  Etienne Kassa Ngoma, Claude Babé, Brice Makaya, Parfait Ndong, Guy-Roger Nzamba, Thierry Rétoa, Germain Mendome (paix à son âme).
Acroupis de g à d: Pierre Aubame Yaya, Valery Ondo, Jean Daniel Ndong Nzé, Jonas Ogandaga, Tristan Mombo, Jean François Amegasse.


Revenir en haut
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Jeu Juin 25 2015, 18:47    Sujet du message: Azingo National Répondre en citant

Le Football Gabonais D’hier A Aujourd’hui





Le Gabon en route pour la 6e CAN 


Du National Azingo aux Panthères : une mutation douloureuse en 34 ans d’histoire !

Par Emilienne Ondo Ella

En compostant son ticket le 15 novembre dernier à Luanda contre l’Angola, et avant le dernier récital pour l’honneur face au Lesotho, le Gabon s’est qualifié pour disputer la 6e phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football son histoire. Des CAN 1994, 1996 et 2002 sous le label Azingo, aux CAN 2010, 2012 et 15 avec les Panthères, la mutation n’a pas toujours été le fleuve tranquille voulu par un peuple assoiffé de victoire finale qui tarde toujours à venir. La phase finale de Guinée-Equatoriale, trois ans seulement après l’édition perdue à la maison, se présente comme celle de la revanche à prendre. Si le Gabon a réussi à remporter la coupe de l’UDEAC à Yaoundé si loin, pourquoi ne réussirait-il pas la CAN de Malabo, si près de Libreville ! 

Absent de la CAN 2013 en Afrique du Sud, puisqu’éliminé par le Togo, le Gabon effectue donc son retour dans le cercle serré des seize meilleures nations africaines qualifiées pour disputer la phase finale de la CAN en Guinée Equatoriale 2015. 


Pour y arriver, le parcours du onze national gabonais a été presqu’un sans faute : trois victoires déterminantes à domicile 1-0 contre l’Angola, 2-0 Burkina Faso et le Lesotho 4-2 ; trois matches nuls au cours des trois déplacements en Angola, au Burkina Faso et au Lesotho. Le portugais Jorge Costa a rempli son premier contrat de faire qualifier le Gabon à la phase finale de la CAN 2015. Il lui appartient maintenant de faire mieux que ses prédécesseurs : le Belge Jean Thissen (1994 éliminé au premier tour), le Gabonais Alain Da costa (1996, éliminé en quart de finale), le Brésilien Anthonio Dumas (2000, éliminé au 1er tour), le Français Alain Giresse (2010, éliminé au 1er tour), le Franco-Allemand Gernot Rhor (2012, éliminé en quart de finale).

Si en 2012, en co-organisant la CAN, le Gabon était d’office qualifié et on connait les résultats et le parcours : Gabon – Niger 2-0, Gabon – Maroc 3-2, Gabon Tunisie 1-1 au premier tour ; Gabon – Mali 4-5 aux tirs au but (1-1 après les prolongations et temps règlementaire) en quart de finale. Avec l’emprunte du franco-allemand, Gernot Rhor, le Gabon a terminé sa CAN, sans être battu au temps règlementaire et a fort bien rivalisé d’autres grandes nations de football africain, comme le Maroc, la Tunisie et même le Mali.

L’organisation de la 28e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2012 par le Gabon, est à retenir comme une sorte de couronnement des efforts régulièrement consentis, depuis des lustres, tant par les footballeurs eux-mêmes, les encadreurs que des plus hautes autorités du pays. 

Il reste, qu’entre les moyens financiers colossaux souvent dégagés par l’Etat pour les différentes équipes nationales et les clubs, et les résultats obtenus sur le terrain (jamais atteint les demi-finales d’une CAN, aucun trophée remporté en club…) il y a un grave décalage ! Seulement, en donnant l’occasion à notre pays d’abriter cette prestigieuse épreuve, c’était comme un coup de pousse de la Confédération africaine de football (CAF) à l’endroit du Gabon, pour se mettre sous le soleil et se hisser au firmament de l’épreuve, mais hélas ! 


En effet, du 21 janvier au 12 février 2012, le Gabon a écrit quelques pages de son histoire dans le football africain. Comme toute œuvre humaine, il y a eu de bons points et de moins bons au plan organisationnel ou sportif. 


L’EPOPEE DU NATIONAL AZINGO AUX COUPES DE L’UDEAC (DE 1980 A 1990) : Classé seulement 3e à l’issue des jeux d’Afrique centrale que le Gabon avait abrité en 1976 à Libreville, la période de 1980 à 1990 a été une sorte de réveil pour le football gabonais. En remportant deux coupes sous-régionales de l’Union douanière et économique de l’Afrique centrale (UDEAC) en 1985 à Franceville et en 1988 à Yaoundé au Cameroun, le Gabon donne un signal fort pour contester la hiérarchie continentale incarnée par les Lions Indomptables (champions d’Afrique 1984 et 1988) de l’heure, et les Diables rouges du Congo dans un passé lointain (champion d’Afrique 1972).


N’est-il pas utile de rappeler que cette épreuve de la coupe de l’UDEAC regroupait régulièrement le Cameroun, le Congo-Brazzaville, la République Centrafricaine, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad. Avant 1985, cette épreuve était une sorte de chasse gardée pour les deux premiers pays cités.
Illustration : le 15 novembre 1984 à Brazzaville, en demi-finale de la Coupe de l’UDEAC, le Gabon est humilié par Congo (0-2). L’ossature du National Azingo constituée de feu Gaston Angoué (dans les buts), Mickala Denis, Makaya Jean-Baptiste, Ndong Nkoulou, Mebaley, Amégasse, Doucka, Anotho Guy, Makanga. 


Avant de se qualifier en demi-finale, les choses n’avaient pas déjà été faciles pour le National Azingo accroché 0-0 par les Lions Indomptables du Cameroun et la Tchad 3-3. Même en match de classement pour la 3e place contre la RCA, Azingo ne trouve pas de solution : 2-2 au terme du temps règlementaire, et perd à l’épreuve des tirs au but 5-6.


La contre-performance du onze national gabonais à Brazzaville sera lourde de conséquence. Au retour au bercail, des têtes ne tardent à tomber. En premier lieu, c’est celle Ministre des Sports de l’époque, Jean-Boniface Assélé. L’homme cède son fauteuil au Dr Moise Abessolo Edou, Médecin et ancien footballeur international. De nombreux joueurs de l’expédition de Brazzaville sont forcés à prendre leur retraite. Une large place est faite à un nouveau noyau qui va se constituer. 


LE FOOTBALL GABONAIS SOUFFRE D’UN «CANCER» : A peine le nouveau ministre a pris ses fonctions, qu’en tant Médecin, il a été établi un diagnostic sur le football gabonais. «Le football gabonais a un cancer qu’il faut opérer d’urgence», dira le spécialiste.


Sur ordonnance établit, l’on relève le nom d’un nouvel entraineur pour le National Azingo, le Français Alain De Martini. Sur la liste des joueurs retenus par le technicien français, l’on note l’arrivée des Rolenga Armel (dans les buts), Georges Bongo, Hervé Angoué, Louba, Aguékyzo, Pierre Aubame Yaya, Régis Manon, etc. Point de place pour les anciens cadres que sont les Angoué Gaston, Mikala Denis, Makaya, Mebalé, et autres. C’est la fin d’une époque.
Comme un coup de bâton magique, le « cancer » a été extrait et le football gabonais recouvre sa santé. Les premiers résultats ne se font pas attendre. 


En effet, en décembre 1985 lors du tournoi de l’UDEAC à Libreville et à Franceville, le récital de Pierre Aubameyang dit « Yaya » et de ses camarades est sans équivoque. Sur leur chemin, ils ne font pas dans la dentelle et battent respectivement la RCA 3-0, le Tchad 4-0 ; avant d’effectuer une promenade de santé face au Congo en finale (3-0).


Pour la première fois dans l’histoire, la sélection nationale du Gabon remporte un titre sous régional. C’est la fête à Franceville où se dispute la finale de la Coupe d’ UDEAC. Un homme vient de gagner son premier pari, c’est le Dr Moise Abessolo Edou, le ministre de la Jeunesse et des Sports qui exulte de joie. Son opération chirurgicale a été parfaite.


Parmi les jeunes qui se sont révélés : Etienne Kassa Ngoma, le milieu défensif gabonais, qui a complètement éteint le virevoltant attaquant congolais Bakékolo ; Pierre Aubameyang, intenable pour les défenses adverses !


Mais, à l’édition suivante à Bangui, le Gabon a du mal à défendre son titre. Les Gabonais s’inclinent d’entrée 0-1 contre le Congo Brazzaville, avant de se racheter 2-0 face au même adversaire des Diables Rouges, grâce à deux buts de Sylvain Kassa et Valery Ondo. Azingo termine 3e en dominant le Tchad aussi par 2-0 en match de classement. 


Un peu revanchard, le National Azingo arrive à Yaoundé en fin novembre 1988 pour disputer la 7e édition de la Coupe de l’UDEAC, avec des ambitions bien nourries de ramener le trophée à Libreville. N’est-ce pas que le match amical préparatoire (Gabon – Mali 4-0) était déjà annonciateur du parcours du National Azingo sous la conduite de l’entraîneur Alain Da Costa !


Le Gabon logé dans le groupe A à Yaoundé affronte le Cameroun en match d’ouverture du tournoi. Score final 0-0. 
Dans le groupe A, lors du match d’ouverture, le Cameroun et le Gabon se séparent dos à dos (0-0). Devant les Jacques Songo’o, Onana, Agbo, Ebouelé, Massing, Tchakoula, Tataw, Mfede, Mbouh, Djonkep, en somme l’ossature des Lions Indomptable vainqueurs de la CAN au Maroc en 1988, les jeunes talents du National Azingo : Germain Mendome (dans les buts), Louba, Hervé Angoué, Kassa Ngoma, Ondo valery, Guy Roger Nzamba, Aguékyzo, Michel Minko, Mabouela, n’ont aucun complexe.


Lors de la deuxième journée du Goupe A, les Gabonais effectuent une promenade de santé 3-0, face à la Guinée-Equatoriale et terminent en tête. En demi-finale, l’adversaire est la RCA, qui joue avec ses éléments très groupés derrière, empêchant les Gabonais de progresser dans le jeu. Le dénouement n’aura lieu qu’à l’épreuve des tirs au but par le succès du Gabon. 


En finale, le National Azingo retrouve les Lions Indomptables pour un match sans merci, devant tous les chefs d’Etats de la sous région, dont Paul Biya et le Feu Omar Bongo Ondimba. Guy Roger Nzamba signe le but de la victoire à la 52e minute. Le Gabon remporte pour la deuxième fois la coupe de l’UDEAC.
Le retour des champions d’Afrique centrale à Libreville a lieu le lendemain. Ils sont dans l’avion personnel du président de la République. Un accueil triomphal leur est réservé à l’aéroport international Léon. 


Après l’épopée de la Coupe de l’UDEAC, les Gabonais aspirent de voir leur onze national voler plus haut, en disputant au moins une phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations. C’est ce qui est finalement fait en 1994 en Tunisie. C’est Madame Yolande Biké qui est ministre de la Jeunesse et des Sports.


LES MESAVENTURES DU NATIONAL AZINGUI LORS DES CAN DE 1990 à 2000 ! La première farouche détermination du national Azingo de disputer une phase finale de la CAN a lieu en 1991, lors du tour des éliminatoires de la CAN Sénégal 1992. Les Gabonais affrontent les Léopards du Zaïre. Après s’être incliné à Kinshasa 1-2, le onze national gabonais est contraint au nul 1-1 à Libreville lors du match retour. Des incidents sont enregistrés à l’issue de rencontre et l’on dénombre un mort. Le rêve pour Dakar est brisé. 


Des manquements enregistrés lors du déplacement de Kinshasa servent tout de même de leçon pour mieux affuter les armes de la sélection nationale Gabonaise pour les échéances à venir. 


Le premier coup de gueule est celui de René Hilaire Adiahénot, à l’époque directeur général du Budget. Le DG n’avait pas apprécié le cadre réservé par Fédération zairoise de football pour l’hébergement des joueurs du National Azingo à Kinshasa. 
Monsieur René Hilaire a, alors, pris l’engagement de se battre auprès du ministre des Finances, afin que l’équipe nationale, à l’avenir, dispose des moyens à la hauteur de ses ambitions.


C’est ainsi que pour les éliminatoires de la Can 1994 en Tunisie, le Gabon tombe dans le groupe A, en compagnie du Cameroun, du Benin et du Niger. Le National Azingo s’offre les services d’un entraîneur Belge, Jean Thissen. Un objectif est assigné à ce technicien européen : « qualifier le Gabon à la CAN 1994 ».


Les ambitions sont à la hauteur des moyens qui sont dégagés en faveur du onze national gabonais, pour afin de réussir ce challenge. Léon Louis Folquet, vice-président de la Fégafoot, chargé des équipes nationales, affute les meilleures stratégies possibles, aux fins de déjouer tous les obstacles qui pourraient se poser.
Du raid sur Mont Cameroun, en passant par l’expédition de Niamey et le «match de tous les dangers de Cotonou», Léon Folquet disposait d’un bon refrain. Pour chaque match, un thème. Les joueurs ont su, à chaque fois, dégager l’énergie nécessaire, pour réaliser un parcours exceptionnel. Sans faute !


UN PARCOURS HEROIQUE : Gabon-Cameroun (0-0 et 0-0) ; Gabon – Niger (3-1 et 3-0) et Gabon – Bénin (2-0 et 2-1). Le Gabon termine héroïquement à la tête de ce groupe devant le Cameroun, le Niger et le Benin, sans la moindre défaite. 


En battant le Benin (2-1) le 15 juillet 1993, le Gabon a arraché une qualification historique, pour disputer la première phase finale de la CAN de l’histoire. A noter que ce match de Cotonou, remporté par les Gabonais s’est achevé par des incidents. Les Béninois, en mauvais perdant, s’en sont pris à l’arbitre central ghanéen, qu’ils ont agressé sauvagement. Lui reprochant d’avoir validé le 2e but de Guy Roger Nzamba (87e). Celui-ci, tout comme le premier, était limpide ! 


Les joueurs gabonais et leurs encadreurs ont également été aussi agressés au stade de Cotonou. 


Au nombre des personnalités gabonaises présentes dans les tribunes ce jour-là, l’on notait l’actuel président de la République, Ali Bongo Ondimba, féru du ballon rond et supporter inconditionnel du National Azingo ; ainsi que le ministre de la Jeunesse et des Sports de l’époque, Yolande Bike.


Les héros de la première qualification historique du Gabon à la CAN ont pour noms : Germain Mendome, Ndong Parfait, Rétoa, Francis Koumba, François Amégasse, Jean-Daniel Ndong Nze, Valery Ondo, Regis Manon, Guy Roger Nzamba, Mboungha-Nzé, Guy Mbinah. Pour ne citer que ces quelques artistes du ballon.


UNE ENTREE EN MATIERE DIFFICILE A TUNIS : Pour sa première participation à une phase finale de la CAN en 1994, le Gabon est tombé dans un groupe compliqué à trois, constitué du Nigeria et de l’Egypte. L’entrée en matière fut bien difficile face au Ngeria, en concédant 3-0 dont le but le plus rapide de toute l’histoire de la CAN, inscrit à la 27e minute. L’on pensait à un sursaut d’orgueil contre l’Egypte, mais la déconvenue est encore bien lourde 4-0 !


Le Gabon rentre au bercail, sans avoir inscrit le moindre but. Les joueurs du National Azingo, à leur arrivée à Libreville, se heurtent certains supporters qui les attendaient à l’aéroport international Léon Mba, pour leur dire les quatre vérités ! Un bon nombre d’encadreurs ont du emprunter des chemins isolés, pour s’embarquer dans leurs véhicules, sans être vue. 


Si l’aventure de Tunis a été vite oubliée, les plaies sont rapidement pansées, et l’unité de la maison Gabon du foot est refaite. Le National Azingo obtient son billet pour l’Afrique du Sud 1996. 


Cette fois, les garçons, un peu plus matures dans le groupe de Durban, tirent leur épingle du jeu, en se qualifiant pour les quarts de finale. Au cours de cette étape, ils ont la Tunisie sur leur chenin. Le score 1-1 à la fin du temps règlementaire oblige l’arbitre à recourir à l’épreuve des tirs au but pour départager les deux équipes. Les maghrébins font la différence et se qualifier.


Après la CAN en Afrique du Sud, les Gabonais ont dû attendre quatre bonnes années, avant de retrouver le chemin d’une phase finale de la Coupe d’Afrique des nations de football en 2000, co-organisée par le Ghana et le Nigeria. 


Un nouvel entraîneur, le Brésilien Antonio Dumas, et une nouvelle génération de joueurs participent à l’expédition ouest-africaine. Le gardien but Germain Mendome est toujours dans les buts. L’inépuisable libéro et capitaine François Amégasse est toujours là. A ces deux piliers se sont ajoutés : Tristan Mombo, Thierry Mouyouma, Théodore Nzué Nguema, Jonsa Ogandaga, Shiva Star Nzigou, Londo, Chantry Mve Nguema, Daniel Cousin, Nsi Akoué, Cédric Moubamba, Mbanangoye Nzita.


Pour se qualifier, le Gabon avait assuré le grain des trois points à la maison en donnant la réplique 3-1 à l’Angola, après la défaite sur le même score à Luanda ; en dominant l’Afrique du Sud 1-0, après s’être lourdement incliné 1-4 à Johannesburg. 


En phase finale, le Gabon joue dans le groupe B à Koumassi contre l’Afrique du Sud qu’il retrouve, l’Algérie et la RD Congo. On connait la suite. 
L’ERE DES PANTHERES ET LE RENOUVEAU DU FOOTBALL GABONAIS (2001-2014) : Engagées dans une nouvelle phase des éliminatoires de la CAN 2002 prévu au Mali, les Panthères, nouveau nom de l’équipe nationale du Gabon, dans le groupe 3 démarrent en fanfare en battant le Maroc 2-0, la Tunisie 2-1, mais la suite sera douloureuse, perdant les deux matches retour décisifs face aux mêmes adversaires. C’est à la télévision que les Panthères suivront la CAN du Mali. 


Pour les CAN 2004, 2006 et 2008, la mayonnaise a toujours du mal à prendre pour les Panthères du Gabon. Tout laisse croire que le Gabon va devoir attendre, les bras croisés, sa phase finale de la CAN 2012, pour retrouver un rendez-vous continental! 


D’ailleurs, Alain Giresse qui n’a pu qualifier les Panthères pour 2008, est au bord de la rupture avec les Panthères, quand le nouveau ministre René Ndemezo’Obiang lui propose un nouveau contrat d’objectif de deux ans supplémentaire consistant à qualifier le Gabon pour l’Angola 2010.


« La CAN 2010 en Angola doit être une sorte de répétition pour notre équipe nationale, avant celle que nous allons abriter. Nous devons tout faire pour qualifier les Panthères pour Luanda, avant Libreville 2012 », s’était déclaré René Ndemezo’Obiang.


Le chemin pour honorer cet engagement, d’aller à Luanda avec les Panthères, est particulièrement difficile pour le technicien français, d’autant qu’il faut franchir deux tours. Le premier est franchi en compagnie du Ghana que le Gabon a battu 2-0 à Libreville avant de s’incliner 0-2 à Accra. Pour le second tour, les Panthères ont retrouvé le Cameroun, le Togo et le Maroc. Victorieux des Lions de l’Atlas 2-1 et 2-0, les Panthères prennent le meilleur sur le Togo d’Adébayor 3-0 à Libreville, avant une courte défaite 0-1 à Lomé.


Seulement que lors de la double confrontation Gabon-Cameroun 0-2 et Cameroun-Gabon 2-1, le compteur des Panthères est bloqué à zéro point. Ces deux déconvenues sont synonymes de la perte de qualification pour la Coupe du monde en Afrique du Sud 2010. Mais, la consolation c’est le billet composté pour l’Angola 2010. Le contrat de Giresse est donc rempli. Le Ministre René Ndemezo’Obiang a le sourire, au regard du travail bien fait !


LUBANGO ROUND DE REPETITION AVANT LIBVREVILLE 2012 : La participation à la CAN 2010 en Angola avant d’abriter son épreuve de 2012 a paru donc, comme une sorte de round de répétition pour les Panthères du Gabon. En trois matches dans le groupe D à Lubango, le Gabon a remporté une victoire contre le Cameroun 1-0, concédé un nul 0-0 devant la Tunisie, avant de s’incliner face à la Zambie 1-2. Le Gabon, leader du groupe, après deux journées, a fondu comme du beure sous le soleil, au terme de la troisième journée, et termine troisième, après la défaite devant la Zambie, alors qu’il avait besoin d’un nul pour se qualifier en quart de finale.


Le contrat d’Alain Giresse n’est plus renouvelé. Gernot Rorh est appelé pour reprendre le groupe constitué de : Didier Ovono Ebang, Bruno Ecuele Manga, Moise Brou Apanga, Gorges Ambourouet, Cédric Moubamba, Bruno Mbanangoye Zita, Daniel Cousin, Pierre Emerick Aubame Eyang, Roguy Meye, Stéphane Nguema, Fabrice Do Marcolino.


DES FIGURES MARQUANTES DU FOOTBALL GABONAIS : Les trente-quatre dernières années ont été marquées pour la sélection nationale du Gabon par deux victoires à la Coupe de l’UDEAC (1985 et 1988) et cinq participations à la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (1994, 1996, 2000, 2010 et 2012).


De la génération des joueurs qui ont marqué de leurs empruntes cette période, nous citerons : Pierre Aubame Yaya, François Amégasse, Germain Mendome, Valery Ondo, Regis Manon, Etienne Kassa Ngoma, Guy Roger Nzamba, Philippe Aguékyzo, Hervé Angoué, Samuel Raouto, Michel Minko, Hervé Angoué, Jean-Daniel Ndong-Nzé, Ndong Parfait, Georges Bongo, Mabouela, Théodore Nzué Nguema, Daniel Cousin, Cédric Moubamba, Mbanangoye Zita, Didier Ovono Ebang, etc.


De ce beau monde, quatre sont au dessus du lot, si l’on quantifie l’apport de tout un chacun, ce sont : Pierre Aubame Yaya, François Amégasse, Germain Mendome et Daniel Cousin. Ces quatre hommes nous ont paru comme de guerriers infatigables. A l’époque où les plus grosses parties des primes de matches gagnés prenaient plus la direction des poches de certains dirigeants que celles des joueurs, ils ont mouillé le maillot, sans se révolter. 


Amégasse, l’inusable avec 16 ans de présence en équipe nationale ; Yaya 15 ans ; Mendome 13 ans et Cousin 13 ans (vient d’y mettre un terme), se sont toujours comporté comme de meneurs d’hommes, exemplaires et très écoutés par leurs camarades. 


Présent dans l’axe central du onze national sans interruption depuis son premier match contre les Léopard du Zaïre en 1984, il a su garder sa place jusqu’à la phase finale de la CAN 2000 à Kumasi au Ghana. Il est le seul joueur gabonais à avoir porté plus de 100 fois, les couleurs nationales. C’est à juste titre que François Amégasse a été désigné, en 2001, joueur gabonais du siècle.


Pierre Aubame, après avoir joué et gagné la coupe de l’UDEAC 1985, l’homme a été l’un des grands artisans des deux qualifications du Gabon à la CAN 1994 en Tunisie et en 1996 en Afrique du Sud. Son amour pour la patrie était sans pareil. D’autant qu’il payait lui-même, par moments, son titre de transport pour venir renforcer les rangs du National Azingo et repartait sans demander sa prime de match gagné (250 000 F à l’époque, contre plusieurs millions aujourd’hui).
Germain Mendome a gardé jalousement la cage depuis le match amical contre le Mali le 30 novembre 1988, date sa première titularisation, jusqu’à la CAN 2000 au Ghana. Il est sans conteste, le meilleur gardien que le Gabon ait connu jusqu’à ce jour. Paix à son âme !


Daniel Cousin, un des rares de la génération CAN 2000 au Ghana, à disputer la CAN 2012. C’était la 3e CAN de son histoire, après avoir, en bon capitaine, conduit les Panthères en Angola 2010. Il y avait avec lui, deux rescapés de l’édition 2000, Cédric Moubamba et Mbanangoye Zita.


Compté parmi les six meilleures équipes du continent au terme de la CAN 2012, le Gabon qui a choisi de se doter d’un nouvel encadrement technique, avec le Portugais Paulo Duarte, sera incapable de résoudre la petite équation que constituent les Eperviers du Togo. Le chemin du pays de Nelson Mandela 2013 est barré pour les Panthères. 


La qualification des Panthères pour Guinée-Equatoriale 2015 est donc un «com back» qui mérite d’être salué. Ce succès est celui d’une autre génération de joueurs. Didier Ovono Ebang, apparaissant comme les plus anciens du groupe avec Bruno Ecuele Manga et Pierre Emerick Aubameyang . 
Peut-être que si près, la CAN 2015 est celle qui va apporter le plus de sourire aux Panthères et aux Gabonais !




http://sportelite.net/sport-details.php?d=actus&id=25
_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:11    Sujet du message: Azingo National

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Forum des supporteurs des panthères du Gabon Index du Forum >>> FOOTBALL >>> L'équipe nationale Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo