Forum des supporteurs des panthères du Gabon Index du Forum Forum des supporteurs des panthères du Gabon
Pour les fans du football gabonais.
 
FAQ Rechercher Membres Groupes
S’enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés Profil Connexion
 


FOOTBALL DANS LE MONDE
Aller à la page: <  1, 2  
Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum des supporteurs des panthères du Gabon Index du Forum >>> FOOTBALL >>> Compétitions internationales

Auteur Message
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Ven Juin 26 2015, 17:23    Sujet du message: FOOTBALL DANS LE MONDE Répondre en citant

Payés via la Fifa pour ne pas blesser Messi





La Fifa n’aurait pas simplement versé cinq millions d’euros d’indemnité à l’Irlande après le fameux et triste épisode de la main de Thierry Henry, lors des barrages qualificatifs au Mondial 2010. 

Selon le quotidien argentin La Nacion, la fédération internationale serait allée plus loin encore pour dissuader la sélection lésée de toute procédure…
 
Le 11 août 2010, la sélection irlandaise a ainsi affronté l’Argentine pour l'inauguration de l'Aviva Stadium, à Dubin. Un match de gala organisé par la Fifa même, après un arrangement conclu avec le président de la fédération argentine de l’époque, le sulfureux Julio Grondona.
 
Et alors que le Barça traînait des pieds pour libérer sa star, Lionel Messi – une telle rencontre en marge du calendrier international n’assurant pas les mêmes garanties aux clubs en cas de blessure – Grondona se serait chargé de graisser la patte des Irlandais, leur donnant 10 000 euros à chacun pour ne surtout pas toucher au Ballon d’Or…  Mr. Green


Retrouvez cet article sur football.fr 
_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Ven Juin 26 2015, 17:23    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Ven Juin 26 2015, 17:30    Sujet du message: FOOTBALL DANS LE MONDE Répondre en citant

FIFA : BLATTER DIT N’AVOIR PAS DÉMISSIONNÉ





Voilà ce qu’on appelle jeu de mot ! Accusé dans les affaires de corruption, Sepp Blatter avait rendu son tablier après avoir été réélu pour son cinquième mandat. Mais le patron de la FIFA ne veut plus quitter son poste et veut continuer à diriger le football mondial, à en croire ses proches.


Et selon le tabloïd suisse, Blick de ce vendredi, le président de la FIFA aurait même à nouveau nuancé la portée de sa décision prise le 3 juin dernier.


«Je n’ai pas démissionné, mais plutôt offert mon mandat lors d’un congrès extraordinaire», déclare le dirigeant dans le journal. Des propos corroborés par l’instance mondiale, via un porte-parole : «Nous pouvons confirmer que le président a été correctement cité.»


Des propos qui vont certainement amener apporter de l’eau au moulin dans cette affaire de FIFAgate.


http://www.africatopsports.com/2015/06/26/fifa-blatter-dit-navoir-pas-demis…



Le vieux lion n'est pas mort !! Cool
_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Mer Juil 1 2015, 16:56    Sujet du message: FOOTBALL DANS LE MONDE Répondre en citant

Thiago Silva, le scénario d'une rechute





Excellent depuis le début de la Copa América, Thiago Silva s'est écroulé en quart de finale contre le Paraguay. À tel point que l'on peut craindre une nouvelle dépression pour le capitaine du PSG, un an après le drame du Mondial au Brésil. La suite d'un super film dont on connaît déjà le scénario. 

Isabele éteint sa télévision. Les yeux dans le vide, elle reste quelques instants prostrée dans son canapé face à l'écran noir. Le silence assourdissant qui a envahi son bel appartement parisien n'est interrompu que par les brefs ronflements de ses fils, Iago et Isago. Il est 1h30 à Paris, dans la nuit du 27 au 28 juin. Son mari, Thiago Silva, vient de replonger.

Thiago Silvapas

Auteur d'une main incompréhensible provoquant un penalty et l'égalisation du Paraguay en quart de finale de la Copa América, Thiago Silva n'ose pas se présenter ensuite face au gardien Justo Villar lors de la séance de tirs au but. À genoux, il assiste impuissant à l'élimination prématurée du Brésil. « Je ne vais quand même pas devoir rappeler Papus, si ? », se demande alors Laurent Blanc, en vacances au Cap-Ferret avec Christophe Dugarry et Pierre Ménès.

Car Thiago Silva se remet à peine d'une dépression de plus de six mois provoquée par le drame du Mondial 2014. La rechute n'en est donc que plus violente. Après un mois de vacances au Brésil, le joueur de trente ans rentre à Paris pour démarrer sa préparation physique. Si, dans le vestiaire, il assure que tout va bien, ses coéquipiers ne sont pas dupes. « Hier soir, on est tombés sur une rediff' d'un match de notre huitième de finale face à Chelsea. Et dès qu'il a revu les images de sa boulette en prolongation, Thiago est parti s'isoler dans la cuisine avant de revenir en se mouchant, les yeux rougis. Il n'a même pas tenu jusqu'à son coup de tête... », confie l'un de ses meilleurs amis dans le groupe. « Et puis il faut voir comment il se traîne sur le terrain à l'entraînement. Certains le surnomment même Thiago Lugano », souffle un autre, visiblement inquiet.

Une lose contagieuse

Inquiétude justifiée. Pour son match de reprise lors de la cinquième journée de Ligue 1, le 12 septembre contre Bordeaux, Thiago Silva n'est que l'ombre de lui-même. Relances hasardeuses, mauvais placements, le Parisien multiplie les erreurs. Pire, d'habitude si fort dans les un contre un, il prend le bouillon face à Diego Rolán et le PSG concède son quatrième nul de la saison, sous les sifflets du public du Parc des Princes qui commence à militer pour un retour de Thiago Sylvain au club.

Surtout que la méforme de Silva commence à déteindre sur ses coéquipiers, et en particulier sur ses partenaires brésiliens. Repositionné devant la défense après le départ de Thiago Motta en toute fin de mercato, David Luiz n'a pas la vision du jeu de l'Italien, et encore moins son sens du vice. Rattrapé par l'acné et contraint de porter un nouvel appareil dentaire, Marquinhos se fait tout petit et ne parvient pas à compenser la médiocrité de son partenaire en charnière centrale. Lucas a perdu ses derniers cheveux en voyant que même Robinho marquait des buts avec la Seleção et se morfond sur le banc de touche depuis l'explosion du jeune Jean-Kevin Augustin. Alors que Maxwell, lui, profite de la non-concurrence de Lucas Digne pour jouer sur un rythme de sénateur.

Sportifs fragiles anonymes et Richard Gasquet

De son côté, Thiago Silva enchaîne les prestations décevantes, et joue pourtant tous les matchs. Normal, Laurent Blanc est déjà à court de solution et croise les doigts pour qu'un temps de jeu important redonne confiance à son « monstre gentil ». Mais le 17 novembre, lors d'un déplacement à Wolfsburg en phase de poules de la Ligue des champions, l'adducteur droit du capitaine parisien lâche. Out trois mois, le Brésilien profite de ce repos forcé pour échanger avec d'autre sportifs jugés « fragiles ». Histoire déjà de se rassurer, il demande à rencontrer Richard Gasquet dans un salon du Parc des Princes, alors au fond du trou depuis sa défaite en cinq sets au deuxième tour de Wimbledon, alors qu'il menait deux manches à zéro, break dans la troisième.

Réconforté par le numéro un Mondial de la lose, Thiago Silva reprend du poil de la bête et se permet même d'envoyer un tweet à Neymar pour le prévenir qu'il compte bien lui reprendre son brassard de capitaine. De retour à la compétition début mars, O Monstro réalise deux prestations majuscules contre Arsenal en huitièmes de finale de la Ligue des champions. À tel point que même l'élimination au tour suivant contre le Barça sur un doublé de Neymar ne fusille pas son moral. Cette fois, il en est convaincu : la dépression est derrière lui et, si la Copa América 2016 est vraiment annulée, le PSG pourra enfin brandir la coupe aux grandes oreilles en 2017.

Quentin Moynet 

Retrouvez cet article sur sofoot.com 
_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Mer Juil 1 2015, 17:00    Sujet du message: FOOTBALL DANS LE MONDE Répondre en citant

« L’Afrique, aussi, peut diriger la FIFA »





Le 2 juin, en plein scandale de corruption, le Suisse Joseph Blatter, président de la Fédération internationale de football (FIFA) depuis 1998, annonçait à la surprise générale, quelques jours après sa réélection pour un cinquième mandat, qu’il démissionnait de son poste. 

Depuis, il a fait machine arrière et semble désormais prêt à se représenter à l’occasion d’un congrès électoral extraordinaire, qui devrait avoir lieu entre décembre 2015 et mars 2016.
 
Après le prince jordanien Ali Ben Al-Hussein, la légende brésilienne Zico et l’ancien Bleu David Ginola, le Libérien Musa Hassan Bility, 48 ans, se lance dans la course à la succession de Blatter. Patron de la Fédération du Liberia depuis 2010, il explique au Monde pourquoi il souhaite devenir le premier président africain de la FIFA.
 
Pourquoi êtes-vous candidat à la succession de Joseph Blatter ?
 
Je me présente à l’élection présidentielle à la FIFA car je crois que notre organisation a besoin d’un leader qui représentera les vues et les aspirations de l’ensemble de ses membres (209). Un leader qui s’investira pleinement dans la réforme immédiate de la FIFA afin qu’elle soit à nouveau crédible et qu’elle regagne la confiance du monde. Je pense être ce leader.
 
Quand avez-vous commencé à y songer ?
 
J’ai bien sûr toujours nourri l’ambition de devenir un jour président de la FIFA. Mais ma décision découle de l’annonce de la démission prochaine du président Blatter.
 
La Confédération africaine de football (CAF) n’a pas présenté de candidat depuis le scrutin de 2002 et la défaite de son président Issa Hayatou face à Joseph Blatter. Dans quelle mesure est-ce important que la CAF ait un représentant lors de la prochaine élection ?
 
En tant que Confédération la plus large du monde (54 pays membres, contre 53 pour l’Union des associations européennes), la CAF doit absolument montrer la voie en trouvant, dans ses rangs, le nouveau président de la FIFA. Et c’est pourquoi je me présente. 

Nos valeurs ne doivent pas faire de notre continent celui qui apprend toujours en suivant. Nous pouvons, nous aussi, diriger la FIFA, et c’est le moment opportun pour le faire. Je suis persuadé que nous obtiendrons le soutien de l’Europe, de l’Asie, des Amériques, ainsi que de toutes les autres confédérations.
 
La CAF sera-t-elle unie derrière vous ?
 
Bien sûr. Pourquoi ne le serait-elle pas ? Si je me fie aux conversations que j’ai eues avec beaucoup de mes homologues, partout sur le continent, nous sommes pleinement soutenus. J’ai absolument besoin du soutien du président Issa Hayatou. Je n’ai aucune raison de penser qu’il fera autrement.
 
Quelles sont vos principales propositions ?
 
Nous devons étendre le processus de décision à la FIFA en incluant les associations membres pour choisir les pays hôtes des Coupes du monde, et en réévaluant les critères d’adhésion. 

Il faut aussi améliorer nos programmes de développement et enlever ce bouchon qui rend plus difficile l’accès des associations membres à ces fonds. Nous devons aussi regarder l’Europe d’une manière particulière. 

En tant que leader du foot mondial, la FIFA peut tout apprendre de l’Europe, qui accroîtra les capacités financières des autres confédérations et particulièrement dans les domaines de la commercialisation. Car, en fin de compte, ce n’est pas l’argent que la FIFA donne aux membres qui les rendra financièrement indépendants. 

C’est seulement la base de leur donner ce dont ils ont besoin au départ pour devenir viables. Pour résumer, la FIFA doit avoir un style européen dans le domaine de la commercialisation pour servir les autres confédérations. 

Et seule l’Europe peut être leader dans ce domaine. Nous essaierons de travailler avec l’Europe pour rendre cela possible. Par conséquent, je pense qu’un partenariat avec l’Europe refaçonnera le monde du football.
 
Que pensez-vous de vos adversaires, notamment le prince Ali et Zico ? 

Je n’ai rien contre mes challengers. Je pense que nos plates-formes programmatiques donneront un aperçu de ce que sera la nouvelle FIFA, que nous appelons tous de nos vœux. Je ne suis pas juge. Ce sont les associations membres qui rendront leur jugement à la fin.
 
Accepterez-vous de débattre avec vos adversaires ?
 
Oui. Je pense que c’est très important qu’il y ait un débat. Le monde entier a besoin de prendre connaissance de nos points de vue, directement à travers nous, pas par l’intermédiaire d’experts qui les coucheraient sur le papier. 

Je veux profiter de cette occasion de défier les autres candidats lors d’au moins trois débats, ce qui offrira au monde la chance de nous voir exprimer nos points de vue. C’est crucial si nous prévoyons de réformer la FIFA. Cela pourrait être le début d’une nouvelle forme d’ouverture qui pourrait changer le regard du monde sur la FIFA.
 
Comment avez-vous réagi à la démission de Joseph Blatter ?
 
J’ai d’abord été triste. Car, quoi qu’il arrive désormais, le président Blatter a beaucoup fait pour le football. Mais je pense que sa décision est le reflet d’un grand leadership. En fin de compte, quelqu’un devait en payer le prix, et lui, en tant que leader, est effectivement cette personne. 

A ce stade, je crois qu’il a fait preuve d’une grande force morale et a montré son leadership pour sauver la FIFA d’une possible implosion. Pour cela, nous devons lui témoigner notre gratitude. 

Malgré tout, aujourd’hui, je pense que le président Blatter laisse une FIFA forte et viable. Nous ne devrions pas laisser les scandales de ces derniers mois ternir l’image d’un homme qui a tant fait pour le football. Le faire, c’est s’aliéner un tiers du congrès de la FIFA. En décidant de démissionner, je pense qu’il a sauvé la FIFA, et nous devons le louer pour cela.
 
Quel regard portez-vous sur le processus de réforme de la gouvernance de la FIFA lancé, le 2 juin, par Joseph Blatter ?
 
Je n’ai pas eu la chance d’en prendre connaissance dans le détail, donc je ne peux pas le commenter. Mais je crois qu’actuellement toute forme de réforme doit incorporer les vues et intérêts de tous les membres. Elle doit être en phase avec les pratiques courantes. Il n’y a pas de solution de rechange.
 
Est-ce problématique que Joseph Blatter n’ait pas préparé sa succession ces dernières années ?
 
Je crois qu’on désigne son successeur lorsqu’on a prévu de lâcher les rênes. Je pense qu’il l’aurait fait après son élection [le 29 mai], car c’était son dernier mandat [le cinquième]. J’ai le souvenir d’en avoir discuté avec lui avant.
 
Quel bilan dressez-vous de la présidence Blatter ?
 
Je pense que nous avons fait beaucoup de chemin avec lui. Mais on doit faire beaucoup plus aujourd’hui. La FIFA est plus forte et plus grande maintenant. Nous devons la rendre plus transparente afin de regagner la confiance du monde. 


Lire la suite sur Le Monde Afrique
_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Mer Juil 1 2015, 17:02    Sujet du message: FOOTBALL DANS LE MONDE Répondre en citant

Mondial féminin: duel de géantes entre l'Allemagne et les Etats-Unis





La première demi-finale de la Coupe du monde féminine de football opposera mercredi à Montréal (01h00) l'Allemagne et les Etats-Unis, deux géants de la discipline qui ont pourtant connu quelques difficultés depuis le début du tournoi. 


Dans le cas de l'Allemagne, il s'agit même d'un peu plus que de difficultés. En quart de finale face à la France, les joueuses de Silvia Neid, bousculées comme rarement, s?en sont sorties d'extrême justesse, égalisant sur penalty à la 84e minute avant de l'emporter aux tirs au but.
 
Le parcours canadien des partenaires de la gardienne Nadine Angerer est pour l'heure difficile à lire: en difficulté face à la France et accrochées par la Norvège (1-1), elles ont aussi livré un 8e de finale de grande qualité contre la Suède (4-1).
 
Il faudra reproduire ce genre de performance face aux Etats-Unis, lors de cette demi-finale qui dans une partie de tableau ultra-relevée met aux prises les deux meilleures équipes du monde au classement Fifa, victorieuses de quatre Coupes du Monde sur les six disputées (1991 et 1999 pour les Etats-Unis, 2003 et 2007 pour l'Allemagne).
"J'aime penser que nous sommes les meilleures du monde, mais si on regarde le classement, ce sont elles qui sont devant", a déclaré dimanche l'arrière américaine Ali Krieger.
 
"Ca va être un très gros match. C'est un peu bizarre que les N.1 et les N.2 s'affrontent en demi-finale, mais nous nous concentrons sur nous et sur notre adversaire, pas sur le stade de la compétition", a-t-elle ajouté.
 
Le match verra aussi l'affrontement entre deux des meilleurs joueuses de ces dernières années, la gardienne allemande Angerer, impeccable depuis le début de l'épreuve, et la grande attaquante américaine Abby Wambach, un peu en retrait à 35 ans et qui alterne titularisations et entrées en jeu depuis le banc.
 
"Ce sont deux joueuses pleines de confiance. Toutes les équipes ont besoin de ce genre de joueuses. Ce sont de vraies leaders et il y a beaucoup de similitudes entre elles", a déclaré Krieger.



Source : AFP |
_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
Fan
Panthère de bronze


Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2012
Messages: 1 191
Masculin
joueurs préférés: Guy Nzeng, Cousin, bekogo

MessagePosté le: Mer Juil 1 2015, 17:44    Sujet du message: FOOTBALL DANS LE MONDE Répondre en citant

« JE NE SUIS PAS CORROMPU »: SEPP BLATTER SE DÉFEND ENCORE





Sepp Blatter, démissionnaire le 2 juin de la FIFA (Fédération internationale de football association) au temps fort du scandale de corruption qui a emballé l’instance internationale se défend.


« Comprenez-vous vraiment ce mot que vous utilisez? Quiconque m’accuse d’être corrompu doit tout d’abord me le prouver. Personne ne peut faire cela, car je ne suis pas corrompu« , a indiqué Blatter dans une interview. « J’accepte volontiers les critiques correctes et constructives, mais quand on dit que Blatter est corrompu parce que la Fifa est corrompue, alors je dis non. Quiconque tient de tels propos sans preuve devrait être envoyé en prison« , a t-il ajouté.


S’il ne se reproche rien, Blatter ne sera pas dimanche prochain à Ottawa au Canada pour la finale de la Coupe du monde féminine. Une première depuis sa prise de fonction à la tête de la FIFA en 1998. Dans un communiqué, l’instance indique que le Suisse et son secrétaire général le Français Jérôme Valcke sont retenus au siège de l’institution par des obligations professionnelles.




http://www.africatopsports.com/2015/07/01/je-ne-suis-pas-corrompu-sepp-blat…
_________________
"Les petits ruisseaux font les grandes rivieres."


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:36    Sujet du message: FOOTBALL DANS LE MONDE

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Forum des supporteurs des panthères du Gabon Index du Forum >>> FOOTBALL >>> Compétitions internationales Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo